A bientôt j'espère

(To Chris M.)

lundi 8 septembre 2014

"New York City Inferno" de Marvin Merkins (Jacques Scandelari).





Plongée dans les milieux gays underground à New York au milieu des années 70, le titre laisse présager des visions infernales. Ce qu’il ne manquera pas de nous donner, on y reviendra, mais l’ouverture, où le héros débarque à l’aéroport de JF Kennedy,  affublé d’un cocasse et affreux manteau de fourrure, montre que ce film ne manquera pas non plus d’humour.
Un panneau introductif met en place la situation. En Juin, Paul a quitté Paris, et Jérôme, l’homme à la fourrure, pour aller à New York passer une semaine. Tous les jours, il écrit à son compagnon pour lui raconter le choc culturel qu’il éprouve là-bas. N’oublions pas, qu’au milieu des années 70, l‘homosexualité est interdite en France. Alors qu’il doit rentrer, il écrit à Jérôme pour lui dire qu’il ne reviendra pas, préférant rester là-bas. Six mois plus tard, en décembre, Jérôme rejoint New York à son tour, les lettres de son ami en poches, pour tenter de comprendre l’expérience qui a changé la vie de Paul. Le film se déroule sur une semaine, chaque jour étant scandé par une lettre de Paul (lettres lues en anglais… Paul serait-il anglo-saxon ?  le film ne répond pas à cette question).
Moustache réglementaire et physique massif, Jérôme prend le taxi et échange avec le chauffeur, qui se touche l’entre jambe en regardant dans son rétroviseur le français. Il invite rapidement son passager à venir s’asseoir devant. La discussion embraye– en français, le chauffeur ayant fait, apprend on de sa bouche, des études de médecine en Belgique - sur les lieux de drague homo, dans le « Village » (Greenwich Village). On y trouve même des salles « dans lesquelles  des hommes se retrouvent autour d’une baignoire », parce que c’est « plus propre ». Pendant ce temps, défilent des vues de New York. Cut. Dans un entrepôt de stockage de viande (on ne saura pas comment ils sont arrivés là), Jérôme et le chauffeur, nus, font l’amour entre les carcasses de viande suspendues au plafond ou des restes jonchant le sol. Comme une façon de prendre au pied de la lettre ceux voyant la pornographie comme un étalage de barbaque. Le film aimera bien jouer  tout du long de la tautologie, comme quand la caméra cadre des graffitis avec inscrits «FUCK sur les murs pendant les séquence de baise. La séquence est musclée, les deux hommes se fistant d’entrée de jeu.
Le film continuera sur ce mode déambulatoire. Jérôme arpente les quais, et zone dans des bâtiments désaffectés, jonchés d’étraves de bois,  cruisent  policier stéréotypé (casquettes, lunettes noires, moustaches, matraque tenue bien fermement) et gay en recherche de plaisir oral. Dans les toilettes d’une salle de billard, des hommes attendent assis sur les chiottes, le sexe bandant à la main qu’on vienne les satisfaire.  
On ne l’a pas dit, mais la musique est signée Henri Morelli, le co-fondateur du Village People. L’intégralité du premier album du groupe sature d’ailleurs la bande- son , les morceaux étant passés in extenso. Ca fait mal aux oreilles, c’est insupportable, mais cette musique criarde et hystériquement joyeuse  plaquées sur des séquences sauvages dans lesquelles les acteurs ne semblent éprouver aucune émotion, finit par créer une ambiance quasi hypnotique.
Le film est un documentaire saisissant sur ce quartier à l’époque. Le réalisateur prend le temps de s’attarder, notamment dans une séquence chez un tatoueur, où Jerome entame la conversation avec une jeune femme venue se faire tatouer, expliquant sa passion pour la vie nocturne new yorkaise et pour les gays, qui sont l’essentiel de ses amis, parce qu’ils savent faire la fête et ont de l’esprit.
Le film a été réalisé par Marvin Merkins, le pseudonyme de Jacques Scandelari. Etrange de prendre un pseudo alors que Scandelari signe au générique de son vrai nom le scénario. Le reste de l’équipe technique utilise visiblement sa vraie identité puisqu’on y trouve le désormais prestigieux mixeur Dominique Hennequin,  ainsi que l’ineffable François About à la caméra. 



Chef opérateur talentueux, François About a signé la photo de La maison des bois de Maurice Pialat et des films de Philippe Valois (Nous étions un seul homme, Johan ), avant de ne plus tourner dans les années 70 et 80 pratiquement que du X (homo ou hétéro). Cadreur de génie, la réussite du film lui doit énormément, le film regorgeant de plans incroyables, comme ce mouvement arrière dans la largeur d’un appartement laissant deux amants finir de s’éteindre en fond de cadre tandis qu’on découvre au premier plan, sur une commode, un chat regardant de façon désintéressée la scène. Son grand tour de force reste évidemment l’avant dernière scène. Dans une grande pièce vide, une sorte d’échafaudage en bois est fabriqué. Sur la scène, une jeune femme brune (une poétesse-rockeuse, Camille O’GRady) micro à la main. Elle est accompagnée d’un batteur et d’une personne au clavier. S’en suit un morceau psychédélique d’une dizaine de minutes.  Partout dans la salle, des dizaines d’homos se fistent, se fouettent, se tiennent en laisse, se sucent, se touchent. C’est une gigantesque baise rythmée par les cris de la chanteuse et un clavier devenu fou. La caméra saisit des angles bizarres et se faufilent au milieu des corps enchevêtrés avec aisance. A la fin de la scène, Jerôme, retrouve son ancien amour, Paul, dominé par un autre.
Le film se termine sur une scène de sexe à trois, entre Jérome, Paul et le maître de Paul (« Tu devras devenir le maitre de son  maître pour le récupérer » lui avait dit une sorte d’oracle barbu le guidant dans la nuit new yorkaise). A la fin, Jerôme retrouve son manteau de fourrure , l’aéroport JFK, mais il retourne à Paris avec son petit ami.
La puissance documentaire du film confère au film une ambiance à la lisière du fantastique tant on a du mal à croire ce qu’on voit.

A la projection du film au Forum des Images, pendant L’étrange Festival, François About était présent.
Il expliqua que le film fut conçu comme un documentaire, lui filmant ce qui se présentait. La longue séquence psychédélique finale ne fut pas préparée. C’était là, et l’équipe a filmé.
François about explique qu’il eut la confiance des gens parce qu’il était venu quelques temps à New York avant, afin de repérer les lieux. Quand ils sont venus pour tourner, les participants étaient en confiance.
Selon lui, le réalisateur préférait draguer que s’occuper du film et lui laissait carte blanche. François About : « Scandelari m’a dit « filme, j’assurerai au montage » », ce à quoi About ajoute qu’ « il a effectivement assuré ! ».
William Friedkin aurait demandé à voir le film (pendant la préparation de Cruising ? ou peut être ce film lui donne l’idée de faire Cruising).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire