A bientôt j'espère

(To Chris M.)

jeudi 30 janvier 2014

OBSCURITAS LUMINOSA

Dans l’obscurité, tu marches à tâtons.
La lune-repère brille de son absence.
C’est jour d’éclipse d’où cette béance.
Un Faune surgit, à la main un bâton.

Avec, il désigne ton sauf-conduit,
Un faisceau de lumière dans la nuit.
Au milieu de la forêt, dans une clairière,
Un rectangle blanc en suspension dans les airs.

Nul ne sait d’où vient le rayon.
Du monolithe se dégage
Une lumière irradiant le paysage.
Tu mets ton corps à l’abandon.

Dans cette blancheur aveuglante, tu pars en voyage,
De l’autre côté du miroir liquide traversé par Orphée ou celui à travers lequel s’évanouit Pandora,
Dans le trou où tombe Alice et rejoint le pays des merveilles,
Dans la tornade qui emporte Dorothy au monde de Oz,
Au fond du puits qui te conduit à la suite de Philémon sur les lettres de l’Atlantique.
Tu es le petit garçon de La Nuit du chasseur, caché sur la barque qui vogue au fil de la rivière, pour se cacher de l’Ogre qui le recherche.
Avec le hibou de la forêt, tu assistes aux dernières heures de Laura Palmer.
Tu es le crâne dans lequel le chef indigène de Jack-chien-des- îles plonge son regard dans les orbites vides, espérant y trouver trace de l’âme du défunt.
Tu découvres à ton tour « le spectacle des navires en feu surgissant de l’épaule d’Orion et les rayons briller dans l’ombre de la Porte de Tannhauser », ces souvenirs qui faisaient pleurer le répliquant avant de mourir dans Blade Runner ; tu le comprends maintenant.
Tu navigues sur le réseau cyber O.W.L de Level 5,  caché derrière ton avatar,  car tu sais désormais où Laura est allée.
Ton masque est celui d’un oiseau, te faisant ressembler au  Phantom of the Paradise.
Tu es sur la photo de fête de fin d’année de  Shining aux côtés de Jack Nicholson.
Tu accompagnes les enfants blonds sur la route islandaise de Sans Soleil .
Tu es capable de connaître l’infiniment petit, là où aucune machine humaine n’a encore été capable de projeter l’œil humain. Tu rencontres le héros de L’homme qui rétrécit, toujours vivant, toujours en lutte contre son environnement, toujours rapetissant.
Les petites filles de Perdues dans New York, guidée par la Déesse Lune, t'emmenent avec elles dans les horloges des films de Jean Rollin.
Tu es la baleine qui voit dans les airs voler le bonhomme de neige tenant dans ses bras  le petit garçon ébloui, tandis qu’une aurore boréale fait rougeoyer le ciel.
Tu es dans le moulin où le voleur Piège-à-Poule et le Cavalier suédois rencontrent le fantôme du meunier qui leur propose de les emmener dans les forges de l’Evêque avant que les deux hommes échangent leurs identités.
Tu es ce père de famille qui filme en Super 8 sa femme et ses enfants Sur la plage de Belfast, et dont le petit film de vacances sera retrouvé des années plus tard, par un cinéaste français, qui achètera la caméra dans laquelle la pellicule était restée après la mort soudaine du filmeur, jamais développée.
Dans la ruelle sordide où la prostituée de Bad Biology agonise dans un orgasme sans fin, tu la regardes jouir jusqu’au trépas puisque le Temps n’a pas d’emprise sur toi. Combien de temps son corps pourra-t-il tenir aux spasmes de plaisir qui électrisent tous ses organes intérieurs ?
Tu retrouves Mireille, la petite fille de Star Suburb, elle est devenue une vieille dame  et vit dans une maison de retraite située au dernier étage d'un HLM dans l'espace.Ses rêves de devenir princesse ne se sont pas envolées.
Tu es le tourbillon qui menace d’engloutir l’embarcation du couple de L’Aurore, mais tu leur laisses la vie sauve pour recommencer leur vie.
C’est toi le conducteur  du Camion de Duras qui sillonne dans la brume la banlieue parisienne, celle des zones commerciales enlaidies  par les enseignes criardes  et les préfabriqués hideux et qui pourtant se dévoilent devant ton pare brise comme le miracle d’une planète inconnue que tu traverserais, curieux et étonné.
Tu es là où se trouve l’agent spécial Chester Desmond, après qu’il ait disparu dans Twin Peaks - Fire Walk with me, et tu joues avec lui au jeu de Marienbad, et bien sûr, tu gagnes à chaque fois.
Sous les mers, des millions d’années ont passé maintenant, et toi aussi tu rencontres la fée Bleue à qui  le petit garçon-robot de A.I. demandait d’exaucer le vœu de retrouver sa maman.
Sur la route en ligne droite se lancent dans une course effrénée les bolides de Two Lane Black Top. Tu es la pellicule qui s' embrase

Aucun commentaire:

Publier un commentaire