A bientôt j'espère

(To Chris M.)

dimanche 31 mai 2020

LES PLUS BELLES ANNEES D'UNE VIE de Claude Lelouch




Claude Lelouch, c’est cinquante ans de carrière et presque autant de films. Des films toujours libres,  des explorations de l’amour sous toutes ses formes, des œuvres qui ne ressemblent à aucune autre. Son style incomparable a innervé l’ADN du cinéma mondial, et il est difficile de ne pas voir aujourd’hui Paul Thomas Anderson, Alejandro Gonzales Inarritu, David O’Russell  et bien d’autres la trace du cinéma « Lelouchien » (puisque Lelouch a eu la chance de voir son nom transformé en adjectif). 

LES PLUS BELLES ANNEES D’UNE VIE est une œuvre expérimentale dans laquelle Claude Lelouch revisite son film le plus connu, UN HOMME ET UNE FEMME (Palme d’or à Cannes) et retrouve ses personnages – et ses acteurs – cinq décennies plus tard. C’est une œuvre étonnante qui ne donne pas exactement à voir ce qu’on aurait pu attendre  d’un tel projet. Pas d’atmosphère crépusculaire (façon AMOUR de Haneke) ou de nostalgie ici puisque le personnage joué par Jean-Louis Trintignant ne se souvient plus vraiment de son passé. Sa mémoire a été comme « rebootée ». Plus d’une fois on pense à la saison 3 de Twin Peaks – et pas seulement parce Monica Bellucci fait ici aussi une apparition  qui ressemble à un rêve. Lelouch utilise son acteur et son personnage comme un palimpseste sur lequel écrire un nouveau film. Il ose mélanger les images 35 mm (souvent en Noir & Blanc) de UN HOMME ET UNE FEMME avec le tournage vidéo en couleur des PLUS BELLES ANNEES D’UNE VIE. Il s’amuse à faire se répondre les plans, au-delà des années et des formats de tournage, comme si le cinéma avait ce pouvoir magique d’abolir le temps par la simple puissance du « collage » de deux images.

LES PLUS BELLES ANNEES est un geste artistique audacieux puisqu’il engloutit en quelque sorte le classique des classiques pour le transformer en simple matière première dans laquelle il puise pour tourner un nouveau film, qui plus est plus modeste et ne cherchant jamais à poser au chef d’œuvre. 

Lelouch pioche dans ses films comme bon lui semble et le célèbre court-métrage UN RENDEZ VOUS dans lequel il se filmait traversant Paris à toute allure est utilisé ici dans un contexte différent. Le court « documentaire » (puisque c’est un plan séquence tourné en temps réel sans autorisation ni logistique de tournage) devient dans le nouveau film un flash-back fictionnel dans la mémoire retrouvée de Jean-Louis Trintignant. 

Lelouch, jamais là où on ne l'attend. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire